Автономна спілка трудящих | Автономный Союз Трудящихся | Autonomous Worker's Union

Fifty shades of brown

Лютий 27, 17:05, 2014

rockdriving PSThe overthrow of the authoritarian regime of Yanukovych by no means signifies for us the end of our fight. New dictators hasten to take the place of the Party of Regions. They will not hesitate to rely not only on considerably weakened security agencies, but on the far right militants as well. The regime of police and prosecutorial arbitrariness deserved its overthrow unconditionally, but now there may come a time for a new terror that will justify itself ideologically.

At the moment, the main power is concentrated in the hands of the opposition party “Batkivshchyna” (“Fatherland”) , which has managed to rally a substantial part of the ruling class. Its leader, recently released from prison Yulia Tymoshenko, has obvious presidential ambitions. It should be remembered though, that when Tymoshenko’s sentence was pronounced, the rally in her support in Kiev gathered no more than five thousand people, and all the mass demos of this party had to use paid-for extras. Batkivshchyna as well as the Party of Regions has virtually no serious grassroot support or activist base, but it has large enough material resources.

In order to stay in power, Yulia Tymoshenko’s team will have to appease the far rightists, the Right Sector in particular. Two such attempts have already been made – the fascists who had been imprisoned in cases not related to the Maidan were released after the enactment of the according law in the Parliament. New Interior Minister Arsen Avakov has promised to introduce representatives of the RS in his ministry. Now we’ll be able to call the cops “Nazis” with a good reason. But Batkivshchyna is clearly frightened of such a passionate and uncontrolled element in power. So they will try to get the far-right on the hook, not only by buying but also by tying them with blood. Right Sector dreams of settling old accounts with subcultural anti-fascists, so they were carefully supplied with the Security Service or police dossiers containing personal data. Probably in the near future the authorities will close their eyes to violence against the left or racist attacks, but will recall it a few months later, when they will need an excuse to reign in the uncomfortable allies.

Right Sector leads its own game, and has been doing so for long enough. Today its leader Dmitry Jarosh claims entry into power at a very high level, as a deputy prime minister for law enforcement agencies. At the same time, as reported by the journalist Mustafa Nayem, according to the records found in the Presidential Administration, Yarosh was communicating with Yanukovych or his representatives on February 20. Even before that, on January 28 the negotiations between the Right Sector and Security Service / Ministry of Internal Affairs  were officially announced. A day later representatives of the right let this fact slip,  declaring “the desire to join the negotiation process.” Probably such negotiations actually has been taking place since much earlier, especially when one considers the background of all the organizations that were a part of “Right Sector”: “Tryzub” (“Trident”) as well as SNA, and “Bely Molot” (“White Hammer”) have in various forms actively interacted with politicians from both system parties, and with the security forces  since the 90s – 2000s.

“Svoboda” (“Freedom”) Party is a competitor for both Batkivshchyna and RS equally. The latter will actively infringe on Svoboda electorate and by the time of the election  the standoff between these political forces will escalate. Now Svoboda has a chair in the prosecutor’s office. It is symbolic, because the cops and prosecutors always work closely and at the same time hate each other; their interests are very similar, but occasionally come into conflict. This is the type of relationship that exists between Svoboda and Right Sector.

Security Service is headed by Nalivaychenko who already held the post under President Yushchenko. Chief security officer of the country is famous not only for the posthumous prosecution of Joseph Stalin for the Holodomor (which looks like a particularly dark joke), but also the fight against “Kremlin-sponsored terrorist organization Antifa.” After losing his job, Nalivaychenko worked with the ultra-right (including future Svoboda activist Eugene Karas, known under the pseudonym “Vortex”), trying to create a movement “Otpor”, but this project was not successful.

At the same time, in the regions that have not yet submitted to the new government, but renounced Yanukovych, their own fascist sentiments are ripening. The Party of Regions representatives, who failed to join the parliamentary majority, establish blocks with pro-Russian far-rightists and Stalinists. Imperialists and Stalinists, Cossacks and Orthodox fanatics – all together fight against the often imaginary Banderovites, meanwhile cracking down on journalists and human rights activists. Brown center is confronted by at least as brown regions. The only difference is the historical tradition to which they appeal. All of them will focus on their “fight for traditional values”,  appealing to the social partnership and at the same time slashing social expenditures.

We take no side in the conflict between the Ukrainian and the Russian nationalists. But many protesters against the regime of Yanukovych will be dissatisfied  with both the rapacious policies of Batkivshchyna, which will hit the pocket of workers, and the “national revolution” of Right sector and Svoboda, which will try to take away the remnants of human rights and freedoms. It is these people who are indifferent to the ultra-right and critical of the system opposition, the “disgruntled members of the Maidan,” who can soon fill the ranks of the left and anarchists.

AWU-Kiev, 24.02.2014

Related Articles

1 Comment

  1. CA
    CA Березень 01, 15:36

    Frensh version here

    http://oclibertaire.free.fr/spip.php?article1484

    Cinquante nuances de brun

    Le renversement du régime autoritaire de Ianoukovitch ne signifie nullement, pour nous, la fin de notre combat. Les nouveaux dictateurs s’empressent de prendre la place du Parti des Régions. Ils n’hésiteront à s’appuyer non seulement sur les agences de sécurité considérablement affaiblies, mais aussi sur les militants d’extrême droite. Le régime de l’arbitraire en matière de police et de poursuites judiciaires méritait absolument d’être renversé, mais maintenant, une nouvelle période de terreur, qui sera justifiée idéologiquement, peut arriver.

    Pour le moment, les principaux pouvoirs sont concentrés dans les mains du parti d’opposition ‟Batkivshchyna” (‟Patrie”), qui a réussi à rallier une partie notable de la classe dirigeante. Son chef, récemment libéré de prison, Ioulia Timochenko, a des ambitions présidentielles évidentes. Il convient de rappeler que, lorsque la sentence de Mme Timochenko a été prononcée, son rassemblement de soutien à Kiev n’a pas réuni plus de cinq mille personnes, et que, pour toutes les démonstrations de masse qu’il a organisées, ce parti a dû payer des gens pour faire nombre. Batkivshchyna, ainsi que le Parti des Régions, n’a pratiquement aucun soutien ou militant de base, mais il dispose de ressources matérielles suffisamment importantes.

    Afin de rester au pouvoir, l’équipe de Ioulia Timochenko devra apaiser l’extrême droite, en particulier le Secteur de Droite (SD). Deux tentatives de ce genre ont déjà été faites : les fascistes qui avaient été emprisonnés dans des affaires non liées à Maïdan ont été libérés conformément à la loi promulguée au Parlement. Le nouveau ministre de l’Intérieur, Arsen Avakov, a promis d’introduire des représentants du SD dans son ministère. Maintenant, nous pourrons appeler les flics ‟Nazis” avec une bonne raison. Mais le Batkivshchyna a clairement peur d’un tel élément passionné et incontrôlé au pouvoir. C’est pourquoi ils vont essayer de faire mordre l’extrême-droite à l’hameçon, non seulement en les achetant, mais aussi en les attachant avec du sang. Secteur de Droite rêve de régler de vieux comptes avec les membres de la sous-culture antifasciste ; c’est ainsi qu’ils ont été soigneusement approvisionnés avec les dossiers des services de sécurité ou de la police contenant des données personnelles. Il est probable que, dans un proche avenir, les autorités fermeront les yeux sur la violence contre la gauche ou sur des attaques racistes, mais elles s’en souviendront quelques mois plus tard, quand elles auront besoin d’un prétexte pour maîtriser ses inconfortables alliés

    Secteur de Droite mène son propre jeu, et le fait depuis assez longtemps. Aujourd’hui son chef, Dmitri Iarosh, réclame d’entrer au pouvoir à un niveau très élevé, comme vice-Premier ministre chargé des forces de l’ordre. Dans le même temps, comme le rapporte le journaliste Mustafa Nayem, selon les documents trouvés dans l’Administration présidentielle, Iarosh était en communication avec Ianoukovitch ou ses représentants le 20 février. Même avant cela, le 28 janvier, des négociations entre Secteur de Droite et les Services de sécurité / ministère de l’Intérieur ont été officiellement annoncées. Un jour plus tard, des représentants de la droite lâchaient ce lapsus en affirmant leur « désir de se joindre au processus de négociation ». Ces négociations avaient probablement commencé effectivement depuis longtemps, surtout si l’on on considère l’arrière-plan de toutes les organisations qui font partie du ‟Secteur de Droite” : ‟Tryzub” (‟Trident ”) ainsi que UNA et ‟Bely Molot” (‟Marteau Blanc”) ont, selon des formes diverses, eu des relations actives avec les politiciens des deux partis du système et avec les forces de sécurité depuis les années 1990-2000.

    Le Parti ‟Svoboda” (‟Liberté”) est un concurrent à la fois pour Batkivshchyna et SD. Ce dernier empiète activement sur l’électorat de Svoboda et au moment des élections, le bras de fer entre ces forces politiques va s’intensifier. Maintenant Svoboda a un président au bureau du procureur. C’est symbolique, parce que les flics et les procureurs travaillent toujours en étroite collaboration et en même temps, se haïssent mutuellement, leurs intérêts sont très similaires, mais entrent parfois en conflit. C’est le type de relation qui existe entre Svoboda et le Secteur de Droite.

    Les Services de sécurité sont dirigés par Nalivaichenko qui a déjà occupé le poste sous le président Iouchtchenko. Le chef de la sécurité du pays est célèbre non seulement pour les poursuites judiciaires posthumes de Joseph Staline pour l’Holodomor [1] (ce qui ressemble à une blague particulièrement sombre), mais aussi pour sa lutte contre ‟l’organisation terroriste Antifa parrainée par le Kremlin”. Après avoir perdu son emploi, Nalivaichenko a travaillé avec l’extrême-droite (y compris le futur activiste de Svoboda, Eugene Karas, connu sous le pseudonyme de ‟Vortex”), en essayant de créer un mouvement ‟Otpor”[2], mais ce projet n’a pas abouti.

    Dans le même temps, dans les régions qui n’ont pas encore soumises au nouveau gouvernement, mais qui renient Ianoukovitch, leurs propres sentiments fascistes sont en train de mûrir. Les représentants du Parti des Régions, qui n’ont pas réussi à rejoindre la majorité parlementaire, sont en train d’établir des barrages des pro-russes d’extrême-droite et des staliniens. Impérialistes et les staliniens, cosaques et orthodoxes fanatiques – luttent tous ensemble contre des Banderovites [3] souvent imaginaires, et en attendant répriment des journalistes et des militants des droits de l’homme. Le centre brun est confronté à des régions au moins aussi brunes. La seule différence est la tradition historique à laquelle ils font appel. Tous se concentrer sur leur ‟combat pour les valeurs traditionnelles”, en en appelant au partenariat social et, en même temps, taillent dans les dépenses sociales.

    Nous ne prenons aucunement parti dans le conflit entre les nationalistes ukrainiens et russes. Mais de nombreux manifestants contre le régime de Ianoukovitch seront insatisfaits des deux politiques prédatrices, celle de Batkivshchyna, qui va taper dans la poche des travailleurs, et celle de la ‟révolution nationale” du Secteur de Droite et de Svoboda, qui va essayer d’enlever ce qui reste des droits de l’homme et des libertés. Ce sont ces gens qui, indifférents à l’extrême-droite et critiques envers l’opposition du système, les ‟membres mécontents de Maïdan”, qui peuvent rapidement remplir les rangs de la gauche et des anarchistes.

    SAT – Kiev, 24/02/2014
    (ACT Автономна Спілка Трудящих / SAT Syndicat Autonome des Travailleurs)

    [ Traduction : XYZ / OCLibertaire ]

    Source : ici

    ___

    Notes de la traduction

    [1] Holodomor : « extermination par la faim », désigne les famines des années 1932-33 qui ont provoqué plusieurs millions de victimes en Ukraine.
    [2] Otpor, « résistance » en serbe, mouvement créé en 1998, financé par des fondations étatsuniennes, très actif dans les manifestions de rue qui ont conduit à la chute de Milošević.
    [3] Partisans de Stefan Bandera (1909-1959), chef politique et militaire des milices nationalistes ukrainiennes qui ont combattu aux côtés et sous les ordres de l’armée allemande contre l’armée soviétique.
    Your Comments

    Reply to this comment

Write a Comment

Коментувати

Підписатися

Підписатися по e-Mail

Архіви